méditation

Pensées sur la méditation en marchant

Matthieu Ricard

De la série Terres d’Aventure (Terdav) « Et vous, pourquoi marchez-vous ? » :

Je marche beaucoup dans l’Himalaya, et pour toutes sortes de raisons. Tout d’abord, au Népal, au Tibet, au Bhoutan et dans l’Inde des montagnes, dès que l’on sort des principaux axes routiers, la plus grande partie du pays n’est accessible qu’à pied.

Je marche donc pour aller rencontrer des maîtres spirituels ou des ermites qui vivent en retraite dans les montagnes et pour visiter des lacs et des montagnes sacrées.

Mais je marche aussi pour visiter certains des quelque 160 projets humanitaires - dans le domaine de l’éducation, de la santé et des services sociaux - que notre association, Karuna-Shechen, mène à bien dans ces pays.

Enfin, je marche pour m’imprégner de la beauté extraordinaire de la nature dans ces beaux pays et… prendre bien sûr des images que j’ai ensuite la joie de partager avec d’autres au travers de livres de photos.

Sur la méditation en marchant (extrait de « Pourquoi méditer ? » de Matthieu Ricard) :

Voici une approche active pour cultiver la pleine conscience que de nombreuses personnes peuvent utiliser pour changer de rythme par rapport à la méditation assise.

Cela consiste à marcher en se concentrant totalement sur chaque pas que vous faites. Vous devez marcher assez lentement pour pouvoir prendre conscience de votre moindre mouvement, mais pas si lentement que vous perdez votre équilibre.

À chaque pas, faites attention à votre équilibre, à la façon dont vous touchez votre talon au sol puis abaissez progressivement votre pied entier, et à la façon dont l’autre pied quitte le sol et redescend plus loin.

Gardez le regard posé quelques pas devant vous, en gardant la marche elle-même comme principal objet de concentration. Si vous n’avez pas un grand espace, faites des allers-retours en vous arrêtant une ou deux secondes à chaque fois que vous vous retournez en prêtant attention à cette interruption dans vos mouvements.

Suivant

Développement personnel : pour qui ?